Page 1 sur 1

L'impact du Covid-19 sur la maison Bragelonne.

Publié : lun. nov. 23, 2020 11:25 am
par ClaraLia
Chère équipe de Bragelonne,

Bonjour à tous !, et à tous ceux qui liront ce post :)

Je me permets d’ouvrir un sujet sur l’état de l’édition actuelle de Bragelonne, étant donné la crise sanitaire que nous connaissons tous : quelles ont été les conséquences des confinements sur la maison ? En quoi celles-ci impactent-elles vos choix autour des livres publiés cette année, et de ceux qui le seront l’année prochaine ? J’avais lu, au cours de l’été dernier, un article sur l’impact du Covid-19 dans l’édition, qui rendaient compte d’une réalité, assurément triste mais nécessaire : les éditeurs, pour compenser les difficultés rencontrées durant cette situation, privilégieraient les auteurs déjà publiés.
J’ai particulièrement une petite pensée, certes personnelle mais pas seulement, pour les nouveaux auteurs qui vous font parvenir leurs manuscrits : les étudiez-vous toujours ? Et si oui, devons-nous nous attendre à un délai de réponses plus long que celui annoncé sur votre site (à savoir : « de six mois à un an ») ?

Merci d’avoir pris le temps de me lire.
Je vous souhaite une très bonne fin d’année, et surtout : faites attention à vous !

Clara :)

Re: L'impact du Covid-19 sur la maison Bragelonne.

Publié : jeu. nov. 26, 2020 12:20 pm
par NevBrage
Salut Clara,
Merci pour ta question pas facile. De fait je vais essayer de faire simple. Non la covid n'impacte pas nos choix, car ceux-ci sont dans l'ensemble déjà fait jusqu'à 2022. Ce qui est impacté c'est le rythme de publication parce qu'avec le premier confinement nous avons du refaire 3 ou 4 fois nos plannings de publications 2020 et donc 2021 pour que la librairie puisse absorber le choc - surtout sur le rayon imaginaire qui est rarement une priorité en librairie ; ça ne sert rien d'envoyer des livres à l'abattoir (l'Amazonie souffre déjà suffisamment comme ça). Nous avons repoussé à l'an prochain une bonne trentaine de titres, mais très peu de nouveaux auteurs car nous préférons "lancer" ces derniers au premier semestre de chaque année. Donc, pour 2020 ils étaient majoritairement dans les tuyaux, à moins d'un soucis de prospection avec le confinement.
Même sans covid, publier un nouvel auteur est de plus en plus compliqué, alors que ce n'est pas l'envie qui nous manque, nous sommes friands de premiers romans. De manière générale nous aimons voir les auteurs évoluer chacun à leur manière et pouvoir partager cette évolution avec les lecteurs. En revanche le "marché" pour parler le "sale" préfère dans sa grande majorité avoir sur ses étals des livres qu'il sait pouvoir écouler plutôt que de tenter sa chance. Ce qui ne veut pas dire qu'il faut arrêter de publier de nouveaux auteurs. Ca fait partie du job. Et ça fait partie du combat quotidien. Mais malgré beaucoup de ruses, c'est très souvent peu récompensé. Il y a pourtant beaucoup de libraires que ça enchante, mais il y a aussi une question de survie pour eux et des choix de Sophie à faire ; inevitability Mr Anderson. Et ensuite, il y a le domaine dans lequel tu officies. La "rentrée littéraire" est un lâcher de nouveaux auteurs dont 80% sont envoyés comme leurs livres à l'abattoir. C'est pas notre truc. Quand tu publies un auteur tu dois être responsable, c'est pas anodin. Mais la "rentrée" c'est aussi un truc pour rendre plus visibles 20% des auteurs qui seraient passés sans doute sous le radar à tout autre moment. Bref, y a à boire et à manger comme en toute chose.
Voilà, j'espère que j'ai répondu à une partie de ta question. Les responsables des manuscrits & cie répondront à la deuxième partie de ta question.
Bonne fin d'année à toi aussi et, pareil, prends bien soin de toi et des tiens (et si tu peux restes sous la couette à la maison et bouquine).
Nev